INTERVIEW

Pour la première fois Bun Hay Mean aka Chinois Marrant jouera en Asie. A J-2 du début de la tournée nous avons discuté avec lui.

 
Interview Bun Image-03.png

SPOTLIME: Dans quelques jours tu joueras à Shanghai, Singapour, Hong Kong et Bangkok. Connais tu déjà ces villes ?

Bun Hay Mean: Je suis passé vite fait à Hong Kong et je connais Bangkok parce que j’ai fait un périple en Asie du Sud Est. Et il se trouve que les vols les moins chers c’est Paris-Bangkok (rires).

 

S: Tes parents sont Chinois et Cambodgiens. Quels liens entretiens tu avec ces pays ? Comment ont-ils participé, de près ou de loin, à ta construction?

BHM: Pour ce qui est de la Chine, mes grands-parents du coté de ma mère sont chinois. J’ai cette culture chinoise du respect des ancêtres et de la loi du karma. En ce qui concerne le Cambodge, j’ai découvert le pays quand j’y suis allé. Parce que mes parents ont vécu le génocide, c’était un gros sujet tabou. J’ai connu le Cambodge il y a à peine 4/5 ans et c’est là que je me suis rendu compte que j’étais aussi Cambodgien. D’aller là-bas m’a permis d’être entier.

 

S: Un « chinois marrant », c’est une figure publique assez rare pour que les gens s’en souviennent. Aimerais tu que cela change ? 

BHM: Je n’aimerai pas que ça change car j’aimerai que les gens se souviennent un peu de moi, mais j’aimerai qu’il y en ai de plus en plus. Je pense qu’il va y en avoir de plus en plus.

 

S: Que penses-tu du mouvement récent qui dénonce une forme de racisme politiquement correct contre les asiatiques en France? Te sens tu concerné ? As-tu pris position ?

BHM: Je me sens concerné parce que je l’ai vécu, mais je n’ai pas pris position avec le mouvement politique parce que je pense que les médias se seraient focalisés sur ma voix dans la mesure où je suis un des seuls asiatiques en France un peu médiatisé. Je ne voulais pas tirer la couverture sur moi. C’est une voix commune et je suis heureux qu’elle ait pu être portée.  

 

S: Y-a-t-il des choses que tu redoutes ?

BHM: J’ai un peu peur de comment va être perçu mon message dans des pays où la liberté d’expression est un peu plus dure pour les artistes. Même si en France on est libres, on nous dit de faire du politiquement correct. Moi j’ai envie d’être libre en France et ailleurs.

 

S: Comment imagines-tu la vie des français en Asie ?

BHM: Je penses que vous, les français qui êtes là-bas, vous êtes des pachas. Des espèces de colons qui vivez entre vous avec vos salaires de France dans limite le tiers monde. Moi je suis là parce que je viens prendre votre argent, bande d’exilés fiscaux (rires).

 

S: Comment se présente le reste de l’année après la tournée pour toi?

BHM: Ca se présente très très bien. Je vais être très occupé et je vais encore plus mettre entre parenthèses ma vie personnelle. Mais on est chinois ou on ne l’est pas hein, le travail d’abord (rires)! J’aurai tout le temps de me reposer quand je serai mort !

 

Ne ratez pas le spectacle de Bun Hay Mean aka Chinois Marrant ! 

HONG KONG: 1 SEPTEMBRE

BANGKOK: 4 SEPTEMBRE

SINGAPOUR : 5 SEPTEMBRE

SHANGHAI: 7 ET 8 SEPTEMBRE